MARIE-FRANCE

Son rôle : MMM/Marie-France
Etre sur scène, dans le faisceau d'un projecteur, c'est être au paradis

MARIE-FRANCE : EN TANT QU'ARTISTE

Avez-vous été élevé(e) dans un univers artistique ?

Mon environnement familial était baigné de musique: ma mère chantait beaucoup en faisant les tâches ménagères et la radio était branchée en permanence… J'étais au courant de toutes les nouveautés et je suivais mes idoles au jour le jour !

Comment vous est venue cette vocation artistique ?

Au désespoir de mes parents, j'étais souvent dans la lune, je rêvais devant les affiches de Brigitte Bardot, les photos de stars Hollywoodiennes et il y avait dans un petit coin de ma tête le fol espoir de faire partie de ce monde merveilleux. A Paris, je me suis présentée au célèbreAlcazar. Après une audition j’ai été engagée et le soir même je faisais mes premiers pas sur les planches devant un public. J’avais alors 18 ans et depuis je n'ai jamais cessé de me produire sur scène.

Avez-vous suivi une formation artistique ?

Non, j'ai appris comme on dit 'sur le tas'. Mais j'adore appendre et suis disciplinée.

Où puisez-vous votre inspiration ?

La Femme est mon inspiration. J'ai puisé mon inspiration chez les plus belles des belles : Marlène Dietrich puis Marilyn Monroe, Coccinelle, Bambi, mais aussi beaucoup d'autres grandes actrices. Le glamour m'inspire, quand il s'agrémente d'émotion ou d'une pointe d'humour, je suis aux anges.

Y a-t-il un artiste en particulier qui vous inspire ?

Il y en a beaucoup, toutes les reines du glamour qui ont marqué l'imaginaire collectif…

Quelle expérience artistique vous a le plus marqué(e) dans votre carrière ?

Je me suis intéressée tout au long de ma trajectoire artistique à plusieurs disciplines, que ce soit au cabaret avec L'Alcazar ou l'Ange Bleu, au cinéma avec André Téchiné, au théâtre avec Marguerite Duras, toutes ces expériences m'ont marquée et m'ont construite.

Comment s’inscrivent les Mugler Follies dans votre parcours professionnel ?

Les Mugler Follies sont une apothéose pour moi qui s'inscrit dans la grande tradition de la revue, du music hall…celle qui est marquée par de grands créateurs qui amènent leur vision, leur exubérance, leur démesure…

MARIE-FRANCE : A TITRE PERSONNEL

D’où êtes-vous originaire ?

Je viens de Paris, mais par les hasards de la vie j'ai passé mon enfance à Oran, en Algérie.

Avez-vous un signe distinctif, quelque chose que les autres n’ont pas ?

Distinctif, non. Peut-être, un petit "je ne sais quoi".

Y a-t-il un lieu que vous appréciez plus que les autres ?

Etre sur scène, dans le faisceau d'un projecteur, c'est être au paradis !

Quel est le plus beau compliment qu’on puisse vous faire ?

Les mots les plus simples, ceux qui viennent du cœur. Si je devais en choisir un seul : 'Merci d'être ce que tu es ' ! Mais je ne refuse ni les poèmes, ni les fleurs.

Avez-vous une devise favorite ?

Si tu le veux, ce n'est pas un rêve.